lundi 17 octobre 2011

Back to the Future: l'Hoverboard devient réalité !

Ça, c'est vraiment trop cool ! Je me souviens...


Ce Noël-là, en 2003 ou 2004, sous le sapin on a découvert la trilogie sur DVDs "Back to the Future". Et nos enfants se sont mis à jouer, spontanément et quotidiennement plusieurs dialogues, interprétant les personnages du film. Surtout les célèbres Marty et Doc, évidemment. Ils connaissaient de nombreux dialogues des trois films par coeur et s'amusaient à les jouer et les rejouer sans cesse à la maison et partout où nous allions ! Nos fils ont a-do-ré cette trilogie.


Je me rappelle encore cette soirée de fin d'été où je me baladais main dans la main avec Jérôme, qui avait alors presque sept ans: il me disait qu'il voulait faire un jeu de mémoire avec des images du film Retour vers le Futur. Pendant presque deux ans, nous avons plongé à nouveau dans les voyages dans le temps. Je dis à nouveau car le grand frère avait déjà de nombreux voyages dans le temps à son actif. :-) Alors qu'il avait environ sept ans lui aussi, on avait construit à partir d'une boîte de frigo récupérée chez un voisin une machine à voyager dans le temps et visité plusieurs époques fascinantes. Je me souviens, entre autres, d'avoir assisté au Big Bang, découvert une forme de vie toute nouvelle, les algues bleues, sans oublier cette fois où nous avons dû nous échappés en courant de menaçants tyrannosaures !


C'était reparti ! Que de plaisir nous avons eu à voyager au début de l'univers, de la Terre, de la vie, de la vie des ancêtres de notre peuple, de nos familles aussi. À un moment, on avait pris rendez-vous avec le coordonnateur de la maison des Jeunes de notre quartier pour faire la visite de la maison, car c'est la maison des arrières-grand-parents de nos fils (oui, oui, c'est vrai). Puis, on a parlé avec les grand-parents, de leur enfance à la ferme et de leur vie quotidienne d'alors. On a fouillé la bibliothèque et emprunté des tas de livres, vu des films, des documentaires sur les animaux préhistoriques, les dinosaures, etc. Et fait des tas de dessins, bricolé, fabriqué des trucs en argile, fait de la peinture rupestre et bien d'autres trucs amusants.


Je me rappelle aussi ce moment où, âgé de 13 ans, Olivier a lu l'autobiographie de Michael J. Fox, trouvé par hasard à la bibliothèque: La chance de ma vie. Il me racontait chaque jour ce qu'avait vécu Fox, ses débuts comme acteur, le vedettariat, le tournage de BTTF, et il commentait; il trouvait très triste l'alcoolisme, la dépendance, l'accident, la maladie de Parkinson. Quand il a terminé sa lecture, j'ai aussi lu le livre comme je le faisais souvent; ainsi je pouvais mieux partager la vie de mon fils, ses intérêts, discuter avec lui, comprendre de quoi il parlait lorsqu'il faisait un commentaire ou se questionnait sur quelque chose. Récemment, j'ai appris que cette façon de faire est suggérée, voire grandement encouragée, chez les parents qui veulent vivre le radical unschooling. Moi, je le faisais par instinct, par désir, le désir de Vivre Avec mon enfant.


Si je raconte tout ça aujourd'hui, c'est qu'en voyant la vidéo ci-haut je me suis rappelée qu'après avoir vu "Retour vers le Futur", Olivier avait imaginé, conçu et dessiné des plans pour faire l'hoverboard. Il avait émis des hypothèses comme celle d'un rail magnétique et d'un aimant puissant collé sous la planche et qui permettrait de repousser ce rail. Il a fait quelques essais-maisons, plutôt fructueux, avec de petits objets. Restait à trouver la bourse et le labo qui aurait permis à notre jeune ingénieur maison de continuer et d'expérimenter ses recherches mais, comme vous vous en doutez, le budget d'une famille unschooler est parfois plutôt "serré"... Aujourd'hui, d'autres ont réussi l'exploit, alors que notre fils ne se préoccupe plus de cette invention depuis des lustres. Le soir où je lui ai montré la vidéo, il a trouvé que c'était de la recherche plutôt inutile, qui utiliserait une quantité énorme de gaz (azote liquide), qui obligerait à mettre des rails partout, et que tout ça n'en valait pas la peine finalement. Heureusement qu'on ne s'est pas endettés pour ça, hein ! Fiouf ! ;-)


Edith

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus.
(Note: tout commentaire irrespectueux sera supprimé.)