mardi 23 juin 2020

Mères au front - Veillée pour la suite du monde



« Unies, par amour pour nos enfants et aussi par la colère provenant de l’inaction politique, nous demandons à nos élus de prendre des décisions qui permettront de créer de la richesse sociale tout en respectant les limites des écosystèmes. 

Notre mouvement est encore naissant, mais il est déjà puissant. Nous bercerons d’un bras et brandirons l’autre. L’amour de nos enfants sera notre arme de construction massive pour la suite du monde. » ~Mères au front

 

lundi 1 juin 2020

Neurobiologie, enfance, éducation et société

À voir ou revoir, écouter ou ré-écouter, lire ou relire.



J'OSE la vie !: Neurobiologie et éducation - Prof. Dr. Gerald Hüth...



« Toutes ces questionnements que nous avons, entourant l'humain,
l'enfant, ses apprentissages, son bonheur, ou ce qu'on appelle dans
notre culture les 'troubles' de développement, tout prend racine dans la
façon dont on accueille le petit humain, dès la naissance. Et cet
accueil, il ne repose pas 'que' sur la maman et le papa n'est-ce pas ?
Et cet accueil commence avant la naissance car il est déjà humain et
vivant ce petit dans le sein de sa maman, n'est-ce pas ? »

jeudi 14 mai 2020

Écologie de l'enfance | Discours 7 mai 2019

Il y a un an, on m'invitait à faire un discours devant le Parlement, lors de la marche et manifestation organisée par le Front de Solidarité pour la liberté éducative au Québec.
Évidemment, j'y ai parlé d'Écologie de l'enfance. À toute fin utile, en voici la vidéo, tournée par un papa membre, et le texte juste en-dessous.




Texte du discours du 7 mai 2019

évaluation, éducation, école-maison, ... : écologie de l'enfance.

 « Je n'ai pas élevé mes enfants, je me suis élevé avec mes enfants » ~Jacques Higelin

 ***
(c) J'OSE la vie ! - journaljose.blogspot.com

« L'apprentissage, ça ne se calcule pas en heures, en jours, en mois, en années, en tests et en notes, ça se calcule en enfance ! Ça se calcule en enthousiasme, en patience, en découverte, en liberté. »

Alors évaluer l’enfant ? Observer d'abord.

J’aimerais vous parler de l’enfant.

L’école est généralement l'unique lieu-et-mode d'apprentissage que nous avons connu. C'est donc logiquement le seul que nos concitoyen.nes, fonctionnaires, députés et ministres connaissent... pour le moment. Et pourtant… Essayez de ne pas apprendre pendant 24h, où que vous soyez, vous verrez ! C’est impossible.


« En éducation, l’air frais nous vient de la science, de l’observation des incroyables dispositions spontanées de l’enfant et de l’attitude respectueuse qui, immanquablement, en résulte. Une terre nouvelle – un Québec nouveau – se profile à l’horizon.

On a cru beaucoup de choses dont on revient dorénavant. Il n’y a pas de mal à cela. Il est heureux de constater que l’humain évolue au fil de ses connaissances.

On a cru que le cerveau et ses fonctionnements étaient programmés génétiquement. Qu’on naissait bête, intelligent, lent, rapide… Or, la neurobiologie moderne a démontré que le cerveau se développe en fonction de l’usage que l’on en fait ! Le neurobiologiste allemand Gerald Hüther raconte que la zone du cerveau qui commande les mouvements du pouce est surdéveloppée chez les jeunes d’aujourd’hui. Et c’est bien de l’usage intensif du téléphone portable que cela découle. Cette découverte a incité certains à traiter le cerveau comme un muscle, exercices de musculation cérébrale à l’appui. […] : aucune des méthodes appliquées n’a fonctionné. Comment expliquer alors que la « zone des pouces » ait spectaculairement grossi à écrire des SMS, mais que la « zone des maths » ne change pas lorsqu’on la sollicite intensivement ? C’est la découverte suivante qui a permis d’expliquer ce phénomène. Elle est primordiale et apporte un élément décisif à notre compréhension de l’apprentissage : le cerveau se développe là où nous l’utilisons avec enthousiasme !

Décortiqué dorénavant par les scientifiques, le processus est aussi simple que limpide : l’enthousiasme agit comme un engrais. Là où nous nous enthousiasmons, notre cerveau se développe de manière rapide et spontanée. La neurobiologie prouve ce que nous savons tous par expérience : l’enthousiasme est la clé des choses. Il nous donne des ailes, nous libère des obstacles. En état d’enthousiasme, plus rien n’est inaccessible, et apprendre se « fait tout seul ».»
~André Stern, Semeurs d'enthousiasme – manifeste pour une écologie de l’enfance, L'Instant Présent, 2014

Mon espoir est que chacun.e d'entre nous préserve précieusement cet élan inné de découverte du monde et de curiosité qu'ont tous les enfants en adoptant l'attitude qui maintienne l'enfant dans sa disposition spontanée, de curiosité, de jouerqui est LE synonyme d’apprendre/comprendre/ressentir – , qui le maintienne dans son élan, son désir naturel d'autonomie.

Aujourd'hui, en 2019, comme bien des parents (soulignons qu’ils sont des millions dans le monde), des éducateurs et des chercheurs choisissent d’adopter cette attitude de confiance envers les enfants. Notre ministre de l'éducation peut, lui aussi, le faire.

Monsieur Roberge a ici une chance que beaucoup de ses prédécesseurs n'ont pas eue : de plus en plus de parents/citoyens engagés oeuvrent à un travail d'observation et de diffusion d’informations scientifiques sur la façon dont les enfants apprennent, dont notre cerveau fonctionne et ce, malgré un climat social d'incompréhension, de crainte, voire, parfois, de méfiance.


Quelques recommandations

1.
Remettre l'Enfant au cœur de la vie citoyenne pour ainsi devenir une société véritablement ouverte sur la famille, par :

  • la réaffirmation de l'importance – et de l'essence même – du rôle des parents québécois dans l'éducation des enfants qu'ils ont invités à la vie;
  • le choix du dialogue avec tous les citoyens intéressés, sans exclusion;
  • l'appui aux initiatives parentales en matière de respect et de confiance dans les dispositions natives de l'enfant, à toutes les étapes de la vie (grossesse, naissance, allaitement, attachement, apprentissage, autonomie, etc.), par exemple :
  • apprentissage autonome accompagné d'au moins un adulte de référence de l'enfant (aussi appelé « apprentissage libre » (ou 'unschooling', en anglais) ;
  • accueil et ouverture à la présence de l'enfant dans des milieux de vie qui lui sont actuellement fermés (qu'ils soient liés à l'apprentissage, à la culture, au travail ou autres lieux publics).


2. Se tourner résolument vers la science, en particulier vers les sciences comme la neurobiologie moderne et l'épigénétique et qui démontrent aujourd'hui ce que nous savons tous d'instinct, par expérience, c'est-à-dire que:
  • l'enfant qui baigne dans un climat de confiance et de respect reste habité toute sa vie du même respect et de cette confiance, en lui, en l'autre;
  • l'enfant qui grandit ainsi conserve son enthousiasme natif, cette poussée d'engrais qui le meut toutes les trois minutes plutôt que de le voir diminuer jusqu'à atteindre un seuil aussi bas que deux à trois fois par an;
  • l'enfant heureux participe volontairement et avec enthousiasme au bien-être de la société au sein de laquelle il est bien, et bienvenu.

3.
Créer une table de concertation québécoise liée à un comité de consultation international composé de parents-témoins, d'administratrices de groupes de soutien, d'auteurs et chercheurs d'expérience sur les thèmes liés à l'écologie de l'enfance afin de :

  • discuter et élaborer un plan de mise en marche par des rencontres (conférences, ateliers, etc.) avec ces personnes qui y consacrent leur vie, personnelle, familiale ou professionnelle;
  • intégrer l'écologie de l'enfance à la vie personnelle, familiale, professionnelle, communautaire, économique, sociale, fiscale et politique partout au Québec.


4.
Diffuser une information juste, basée sur la science (neurobiologie, épigénétique, …), sur ce sujet essentiel au bien-être de l'individu et de là, à celui de toute la société québécoise, et ce, autant dans les médias que dans les milieux de la santé, de l'éducation, de l'économie, des services sociaux, ainsi que dans tous les services liés au quotidien des familles, à l'emploi ou à l'entrepreneuriat.

5.
Soutenir socialement, politiquement, fiscalement, financièrement, toutes les étapes de ce retour à 'soi', à une vie de société :
  • où chaque citoyenne, chaque citoyen, est reconnu.e, vu.e, entendu.e, apprécié.e, respecté.e;
  • où chacune, chacun, peu importe ses 'conditions' de naissance ou de vie (âge, genre, ethnie, langue, conditions de santé, milieu économique ou géographique, etc.); peu importe ses enthousiasmes et ses rythmes propres; a accès aux ressources (humaines, matérielles, logistiques, etc.) pour apprendre et développer les compétences qu'elle ou il choisit;
  • ou chacun, chacune, peut, autant qu'il ou elle le souhaite, participer à la vie sociale, politique ou professionnelle, et ce dans quelque lieu ou groupe que ce soit, en toute sécurité physique et psychologique.

Conclusion
La science nous invite à l'observation de l'enfant. Dans la position de l'observateur, on est à l'abri de l'erreur. En observant l'enfant, on voit comment il voit, regarde le monde autour de lui, comment il comprend, comment il apprend.

La clé en est le respect du rythme et de l'enthousiasme propres à chaque enfant. En effet, de l'enthousiasme naît la compétence et de la compétence l'attente des pleins potentiels de chaque citoyenne et citoyen, la réussite de sa vie au sein d'une société dont le développement est véritablement soutenable.

Au-delà de l'évaluation des enfants et de ces sempiternelles comparaisons entre approches, méthodes et pédagogies qu'on sait obsolètes grâce notamment à la neurobiologie, je propose, plutôt, de partir de l'enfant. »


Édith Chabot-L, mère et citoyenne engagée
initiatrice et responsable du congrès du mouvement « Écologie de l'enfance »,
impliquée dans plusieurs milieux liés à l'enfance et à l'apprentissage depuis vingt ans, notamment pour un mandat au sein du C.A. et du comité de soutien légal de l'AQED.