jeudi 19 novembre 2015

jeudi 5 novembre 2015

« Ce qu'on doit à l'enfant ? On lui doit le bonheur. » ~ Michèle Stern

Beaucoup de nouveau sur le blog Actualités de l'Écologie de l'enfance, depuis la sortie d'Alphabet, le film, en France. Dont ces perles :

« Quand l'enfant vient monde, ça c'est une chose, il vient au monde parce que c'est son heure, mais après il faut que son environnement le fasse naître. Mais on n'a rien à lui apprendre. Simplement il faut laisser être cette force vitale, cette énergie vitale et c'est tout. »
photo tirée du film "Alphabet" d'Erwin Wagenhöfer
« Quel est le poids de ce projet scolaire au regard des forces de vie qui sont dans l'enfant ? Ce qu'on doit à l'enfant ? On lui doit le bonheur. Et on se dit qu'on devrait maintenant tous se mettre à regarder les petits enfants avec le respect que ça oblige. On n'oserait plus jamais se conduire comme on se conduit avec les petits enfants, leur découper la vie en tranches, en apprentissages. Il n'y a rien à leur apprendre, il faut les laisser être c'est tout. Il faut les accompagner et n'avoir pas de but éducatif.» ~Michèle Stern, dans Alphabet


Je vous invite à aller y jeter un œil ou deux, et les oreilles aussi, tiens ! C'est par ici.
Édith

vendredi 23 octobre 2015

L'enthousiasme d'apprendre tout seul - André Stern invité sur Les Maternelles


« L'enfant qui n'est pas conditionné par l'environnement scolaire ne prend pas les autres enfants comme référence, il prend les autres humains. » ~André Stern


mercredi 16 septembre 2015

L'eau vive de Guy Béart aura bercé mon enfance

Merci maman, d'avoir bercé mon enfance avec l'eau vive de Guy Béart.
J'ai fait de même avec nos enfants, si souvent, si souvent.
Encore ce soir...

Salut Guy ! dont nous découvrons la voix le soir du jour où tu es parti... 

Et merci !
Édith


dimanche 30 août 2015

Apprendre en liberté - Radio-Canada NB

Un-schooling ou apprendre en liberté.

Une alternative à l'apprentissage obligatoire à l'école basée sur les intérêts et la curiosité de l'enfant. 

Un reportage de Janie Mallet dans le cadre de l'émission L'heure de pointe du vendredi 28 août 2015, sur Radio-Canada, Nouveau-Brunswick. 

Édith répond aux questions de la chroniqueuse.



http://ici.radio-canada.ca/emissions/L_heure_de_pointe_acadie/2014-2015/archives.asp?date=2015%2F08%2F28&indTime=2129&idmedia=7334935

jeudi 20 août 2015

Radio-Canada : Table ronde sur l'école maison ? ... ou sur la vie !


On parle écologie de l'enfance à l'émission Medium Large sur les ondes de Radio-Canada. 

Medium Large, Première Chaîne, Radio-Canada
J'OSE la vie ! - été 2015










Partir de l'enfant
« Il n'y a pas de mode d'emploi pour les parents. En vivant avec l'enfant, on connaît très bien ce qu'il est, ce qu'il a envie d'apprendre », estime Édith Chabot, qui est aussi vice-présidente de l'Association québécoise pour l'éducation à domicile.
« Intervenir en partant d'autre chose que de l'enfant, c'est-à-dire de nos craintes à nous comme d'un programme, d'une méthode ou d'une approche, on perd notre concentration sur l'enfant, on n'est plus avec lui, dans ses enthousiasmes à lui, dans son rythme. On commence à vouloir entrer des choses dans son cerveau, plutôt que de voir ce qu'il veut en sortir », poursuit-elle.

C'est par ici : http://ici.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2015-2016/archives.asp?nic=1&date=2015-08-20  
À 9h26min.

Édith

lundi 20 juillet 2015

Les questions que pose Erwin Wagenhofer, réalisateur du film Alphabet

On nous demande parfois de quoi traite le film « Alphabet » qui sera projeté en avant-première à Québec tout bientôt. Voici ce que nous dit le réalisateur, Erwin Wagenhofer - Filmemacher

Des questions sérieuses auxquelles il a tenté de trouver des réponses, que vous découvrirez à Québec, le 29 juillet prochain.

Un film essentiel comme rarement on en voit. Soyez des nôtres. Et partagez !
Ensemble, changeons le monde... pour la vie.
Édith

samedi 18 juillet 2015

Infolettre André Stern au Canada - juillet 2015


Infolettre André Stern au Canada

Avant-première d'Alphabet à Québec et tournées de conférences et ateliers avec André Stern, du 29 juillet au 2 août 2015.

View this email in your browser

L'écologie de l'enfance et Erwin Wagenhofer, en collaboration avec J'OSE la vie ! et les AmiEs de la Terre de Québec, ont le plaisir de vous convier à l'AVANT-PREMIÈRE du film « Alphabet, la peur ou l'amour » à QUÉBEC, le 29 juillet 2015 dès 18h30, au cinéma Cartier.

Ce voyage dans le monde de l'éducation nous amène à la rencontre d'experts tels que Sir Ken Robinson, le Dr. Gerald Hüther, chercheur en neurobiologie avancée, Arno Stern, chercheur-pédagogue ou Pablo Pineda, professeur diplômé né avec ce qu'on appelle habituellement le syndrome de Down.

Réservation obligatoire avant le 22 juillet 2015.

Calendrier et réservation sur www.andrestern.ca
 

« L'idée à l'origine de ce film n'était donc pas de comparer entre eux des systèmes d'éducation ni de les évaluer.
En m'appuyant sur une situation qui n'est plus satisfaisante, j'ai souhaité inviter le spectateur à entreprendre un voyage, à bouger, à sauter lui-même le premier pas.
La vie, c'est le mouvement. »
~ Erwin Wagenhofer - Filmemacher
« Ce qu'on doit à l'enfant ? On lui dont le bonheur. »
Aidez à « faire refleurir la confiance en l'enfant ».

Partagez votre enthousiasme, et cette affiche, avec tous les gens que vous aimez : parents, collègues et amis, et sur les réseaux sociaux, bien sûr.

Imaginez le nombre de personnes qu'on peut toucher en partageant chacune, chacun, avec 2, 5 ou 100 personnes !

André Stern partage son témoignage et ses réflexions avec le même enthousiasme auprès de 50 que de 1000 ou 1500 personnes.

Ces rencontres s'adressent au grand public, parents et grand-parents, jeunes et étudiants, écologistes, chercheurs, enseignants, employeurs, salariés, bénévoles ou travailleurs autonomes.
Nous sommes tous des enfants.
Au grand plaisir de vous accueillir à Québec, à La Patrie et à Gatineau !

Édith et toute l'équipe d'André Stern au Canada

mercredi 15 juillet 2015

L'énergie des Rolling Stones à Québec : un menu végétalien cru signé Ôm Prana

COMMUNIQUÉ                                                                             

Québec, 15 juillet 2015 – L'énergie des Rolling Stones, c'est Ôm Prana, premier restaurant végétalien cru à Québec, qui aura le plaisir et l'honneur de la nourrir.

Moment historique aujourd'hui : de passage à Québec pour offrir le concert le plus attendu de l'été, le célèbre groupe de rock britannique Rolling Stones a demandé un menu végétalien cru qui lui sera concocté dans les cuisines d'Ôm Prana, rue Saint-Joseph, le premier restaurant végétalien cru en ville.  

image : http://99scenes.com/
image : http://99scenes.com/

Comme plusieurs autres rockers qui sont passés dans la vieille capitale dont Paul McCartney et Bryan Adams, on apprend que le groupe de Mick Jagger mange végétalien, lui aussi. Le célèbre groupe de rock qui présentera ce soir le dernier concert de sa tournée nord-américaine Zip Code pourra se délecter des fameux rouleaux yin yang et du pad tao signés Ôm Prana.

De plus en plus de gens partout dans le monde et, bien sûr, beaucoup d'artistes, choisissent une alimentation végétalienne vivante pour préserver leur vitalité. Que les Stones le fassent aussi ne pourra que rassurer leurs fans qui pourront entendre encore longtemps le groupe réputé pour sa longévité.

Consciente du lien entre alimentation, santé, écologie et éthique, Nancy Bilodeau, propriétaire d'Ôm Prana, offre un menu plein de vitalité qui réjouit autant les gens d'ici que les visiteurs et touristes.

Gageons que Mick Jagger pourra désormais chanter : I can get satisfaction!

---
Ôm Prana, 241 rue Saint-Joseph Est, Québec 
581-742-9742
Site internet : http://omprana.ca
Page facebook : https://www.facebook.com/OmPranaInc


source:
Édith C.-Laflamme
J'OSE la vie !

jeudi 9 juillet 2015

Avant-première à Québec du film Alphabet d'Erwin Wagenhofer

J'OSE la vie ! - journaljose.blogspot.com

L'équipe de J'OSE la vie ! est ravie et fière de vous annoncer l'avant-première d'Alphabet à Québec, le 29 juillet prochain, avec conférence d'une heure, par André Stern, auteur et conférencier international et protagoniste du film.

Ce film s'adresse à tous, parents ou pas, éducateurs ou pas. N'hésitez pas à partager cette bannière dans vos réseaux ou l'affiche qui arrive très bientôt.

« L'idée à l'origine de ce film n'était donc pas de comparer entre eux des systèmes d'éducation ni de les évaluer. En m'appuyant sur une situation qui n'est plus satisfaisante, j'ai souhaité inviter le spectateur à entreprendre un voyage, à bouger, à sauter lui-même le premier pas. La vie, c'est le mouvement.» ~ Erwin Wagenhofer - Filmemacher

Note : Le film sera projeté en version originale sous-titrée en français.
(La  version originale est présentée dans la langue de chacune des personnes rencontrées donc en allemand, français, anglais, chinois et espagnol.)

mercredi 8 juillet 2015

Faire une différence - Make a difference - Jane Goodall



extrait :
« Nous sommes tous interconnectés, humains, animaux, notre environnement.
Quand la nature souffre, nous souffrons. Et quand la nature s'épanouit, nous nous épanouissons aussi. »
~ Jane Goodall 
Voici des mots tout simples. Tout simples et combien vrai. Nous faisons tous une différence dans le monde, par chacun de nos choix, à chaque instant. Cette attitude de respect est au cœur de notre engagement à J'OSE la vie ! de même qu'à l'écologie de l'enfance.
Si l'écologie propose le respect de la nature, l'écologie de l'enfance propose le respect de la nature... de l'enfant, donc, de l'humain.



Un enfant respecté, respecte la nature : les humains, les animaux, l'environnement.
Je le sais, je le vis, je le vois. Essayez pour voir ! :-)
Édith

vendredi 19 juin 2015

Pour que refleurisse la confiance en l'enfant - André Stern au Québec du 29 juillet au 2 août 2015

Nous sommes ravis de vous annoncer la nouvelle tournée d'André Stern au Québec tout bientôt.

Et pour une première fois à Québec la projection du film Alphabet, d'Erwin Wagenhofer. 

Toute l'info sur  http://andrestern.ca

Calendrier
Réservations

Au plaisir de vous y rencontrer !

L'équipe J'OSE la vie !

mardi 9 juin 2015

Évaluer la 'scolarisation à domicile' comme on voit une étoile filante : découvrir un nouveau milieu




Je viens de voir deux étoiles filantes ! Attendez, je vous raconte. Je viens de vivre non pas un mais deux de ces ''aha moments'' comme les appellent les anglophones.

Évaluer ? Observer, d'abord.
Je suis à faire la révision d'un document à propos d'ententes et de modalités pour «évaluer la scolarisation à domicile», où nous parlons de voir à ce que les intervenants (scolaires, pour le moment) reçoivent une formation/information juste, ceci étant essentiel afin de ne pas confondre ou comparer le vécu de ce choix éducatif avec un vécu scolaire.

Il faut savoir que la scolarisation est souvent l'unique lieu-et-mode d'apprentissage que ces gens - et la majorité de nos concitoyens - voient et, donc, connaissent.

Prendre le temps d'apprendre à (re)connaître d'autres lieux et modes d'apprentissages est pourtant fascinant, et tout simple puisque l'apprentissage se vit constamment. C'est ce que Stéphane et moi avons fait, comme bien d'autres parents. C'est ainsi qu'on (re)découvre ce qu'est l'enfant. De plus en plus souvent aujourd'hui, la science démontre ce que nous sommes très nombreux à avoir observé.

Par l'observation, on apprend à voir ce que l'enfant apprend, ce qu'il aime et veut connaître, de quelle façon et selon quels rythmes propres il le fait. On observe l'utilisation et l'utilité de ces apprentissages, dans sa vie, à court et à long terme. On en voit aussi l'effet en lui, en soi, et autour de nous.

Pour ce document, donc, je fais plusieurs suggestions dont celle d'apporter cette précision que la communication repose sur la confiance. 
« Pour communiquer, il faut s'aimer. » disait un auteur dont j'ai oublié la signature. (Était-ce Fotinas?)
Attitude, confiance
C'est alors que je réalise (1er aha moment)  que cette attitude de confiance dont on parle avec l'écologie de l'enfance est la même ici. Oh! je le savais déjà, bien sûr, mais parfois, on réalise de nouveau et l'effet est plus vivace, plus fort, plus net, bref, vous savez de quoi je parle.

L'attitude de confiance que peuvent choisir d'adopter les intervenants scolaires lors d'une demande d'évaluation de l'expérience éducative hors milieu scolaire leur permettra d'en apprendre plus sur ce choix éducatif différent que font des parents, québécois dans le cas qui nous intéresse. Et mieux comprendre ce choix éducatif différent permettra de même d'observer ce qu'il apporte à l'enfant, dans ses apprentissages et dans sa vie, à court, moyen et long terme. Et de là à toute la société.

C'est déjà le cas, parfois. Il y a des parents qui ont de bonnes communications avec des intervenants 'scolaires'. Bien sûr, certains n'en sentent pas le besoin et c'est très bien ainsi. Mais d'autres souffrent que ce ne soit pas le cas.

Les parents qui assument leur droit et devoir d'éducation sont des parents engagés. Si certains choisissent ensuite de témoigner de leur vécu, cela relève d'une bien grande générosité. Il s'agit de don de soi. Et pour que cela demeure un 'don', on ne saurait l'exiger, n'est-ce pas ?

Arrêtons-nous un moment.

Devant l'inconnu, confiance ou méfiance ?
Regardons comme il nous semble une évidence que la très grande majorité des gens ne témoigne pas publiquement et/ou constamment de son vécu, de ses choix, de son quotidien, de ses apprentissages ou de ses travaux ou activités. Et c'est très bien ainsi. Personne ne nous le doit et nous n'oserions imaginer la taille colossale des bibliothèques et le nombre astronomique de conférences auxquels on aurait droit sinon ! :-)
Il arrive pourtant que certaines personnes imaginent demander à qui fait un choix différent - pourtant légal, légitime, et respectueux - d'expliquer, de justifier.
Crainte ? Méfiance ? Peur de l'inconnu ? 
Le petit humain va plutôt naturellement vers l'autre, confiant... Faire de même est à la portée de chacun. Ce mouvement ne naît-il pas de la curiosité naturelle de l'humain de vouloir explorer, découvrir et comprendre le monde dans lequel il vit ?

Être témoin d'un apprentissage, comme voir une étoile filante
Maintenant, revenons à cette 'évaluation' dont nous parlons ici, et qui devient un témoignage de vie que choisissent de faire certains parent.
En être témoin, c'est avoir la chance, inouïe, d'avoir accès au vécu de l'autre. Comme lors de ce moment où l'enfant comprend quelque chose de nouveau, là, devant nous, live

L'enfant ne nous doit pas ce témoignage, qui se produit pourtant à l'occasion. Lorsque j'ai eu la chance de l'observer, à quelques reprises, je me suis sentie d'un coup emplie de gratitude, je dirais même d'une certaine grâce. Comme lorsque j'ai eu la chance de voir une étoile filante, en roulant sur l'autoroute, un soir d'été. Moment magique, qui plus est avec mon fils à mes côtés ! Magique et banal tout à la fois. 

Pour l'apprentissage, c'est pareil. C'est naturel, ça arrive, c'est normal. Une connexion de plus entre nos neurones, un moment comme il s'en vit des centaines au quotidien dans le cerveau de chacun, le mien, le vôtre. Mais en être témoin, pour moi, est comme partager la connexion qui vient de se faire dans le cerveau de mon enfant et du même coup ressentir une connexion entre lui et moi. 
Comme une étincelle qui jaillit de mon cœur. 
Comme une étoile filante.
Cadeau du ciel.

Découvrir un nouveau milieu
Alors vient mon second aha moment de la soirée ! Je rédige, relis, révise. Je songe à ces gens des milieux scolaires qui apprennent, apprendront, ce qu'est ce vécu différent, petit à petit, en (r)établissant, en choisissant, une communication basée sur la confiance et le respect. Et tout à coup, les mots me parlent :  ce sera, pour eux, comme découvrir un nouveau milieu. Constater la différence entre milieu scolaire et milieu familial et social.
Le mot milieu est venu. Une étincelle qui jaillit. Comme l'étoile filante... file.

Apprendre à découvrir un nouveau milieu. Voilà où se situe le choix à faire en matière d'«évaluation de l'apprentissage hors école». L'enfant vit (et, forcément, vit ses apprentissages) en milieu scolaire et/ou en milieu familial et social. Le milieu fait la différence.

Un vécu différent, une séquence personnelle
Et cette nuit, en travaillant, je pense que ce mot pourra être utile au parent qui voudra témoigner, exprimer en quoi, pourquoi, comment, l'apprentissage de son enfant est vécu différemment du vécu scolaire. Il est différent sans pour autant être moindre ou pouvoir être amoindri par l'idée que voudrait s'en faire qui ne connaîtrait par un rythme distinct, une séquence étrangère, une fréquence inconnue, propre à chaque enfant, et porteuse de ce qu'il est, aime, fait. Et fera.

Avec une attitude de confiance et de respect envers l'enfant, moi, le parent, j'apprends beaucoup. Cela m'apporte bonheur, et de là reconnaissance, gratitude, envers la vie et ceux que nous avons appelés à la vie.

Avec cette même attitude de confiance et de respect envers le parent, l'autre  - employé du milieu scolaire, ami, voisin, collègue, etc. - apprendra beaucoup aussi, j'en suis convaincue. Et il aura alors devant lui, en lui, le potentiel d'être heureux et reconnaissant de ce don de soi, de cette générosité que lui aura offerte ce parent.
Mon espoir est que chacune, chacun, voit cette étoile filante en roulant sur l'autoroute un soir d'été. Et, comme ça a été le cas pour moi et pour bien d'autres parents, je souhaite que la magie de ce moment banal le ramène à sa propre enfance, à ses apprentissages, à ce qu'il aime, à faire les choix qu'il veut faire, de vrais choix. Avec confiance, et respect.
 J'OSE la vie ! - journaljose.blogspot.com

C'est le vœu que je fais ce soir, et deux fois plutôt qu'une, car, ce soir, j'ai vu deux étoiles filantes. J'y mets toute mon énergie et j'ose espérer que, bientôt, le Québec devienne un modèle en ce sens. 


Édith

mardi 2 juin 2015

Changement au présent, guérison du passé, espoir pour le futur

Traduction: J'OSE la vie !


J'OSE la vie ! - journaljose.blogspot.com
mère-fils
 « Souvent, les gens résistent à l'idée que vivre le 'unschooling' implique plus que de laisser leurs enfants jouer. Ils n'aiment pas penser que ça implique de changer soi-même.
Peu à peu, pourtant, la liberté de l'enfant crée un nouveau relâchement chez les parents. Et à mesure que l'un augmente, l'autre aussi. Quand un parent atteint un point sensible où il ressent jalousie et ressentiment, c'est souvent un signe qu'il y a un souvenir d'enfance douloureux qui n'a pas encore été mis à sécher.

Quand on est tenté de dire "non" et qu'on a cette petite conversation intérieure qui conduit à penser "Pourquoi pas ?", ça peut être la guérison qui se présente. 


Quand j'en suis là, je revois ma maman dire non, puis je l'imagine avoir été suffisamment ouverte pour dire oui plus souvent, et je me représente moi dans mon enfance ayant un frisson de liberté et d'approbation. Il y avait une certaine liberté et certaines approbations mais je peux en imaginer beaucoup plus, et en arroser mes enfants.

Parfois, j'imagine ma grand-mère dire "oui" beaucoup plus souvent à la jeune fille qu'était ma maman, et je pense que peut-être si ma maman avait eu plus de liberté, elle en aurait eu plus à propager partout. J'espère que mes enfants n'auront pas à penser autant avant de dire oui à leurs enfants.

D'autres personne ont mentionné se sentir plus légères et moins liées aux "il faut" [lors de leur cheminement]. Il ne semble pas y avoir d'importance entre le fait de commencer par les questions "éducatives" ou plutôt par des questions générales à propos de parentalité, tout se construit ensemble. Toutes les relations vont mieux. » ~ Sandra Dodd
 J'OSE la vie ! - journaljose.blogspot.com

dimanche 24 mai 2015

Art, Zelda, unschooling, et gratitude

En lisant le post du jour sur Just Add Light And Stir, ce matin, dans la cuisine, j'ai souri : notre plus jeune porte justement ce t-shirt aujourd'hui. :-)
J'OSE la vie ! - journaljose.blogspot.com
t-shirt Zelda art (photo: 24 mai 2015)
Et je le dois justement à Sandra Dodd d'avoir eu la possibilité d'acheter en ligne ce vêtement 'art about art' pour que notre fils le découvre sous le sapin à Noël.
 
Notre fils aime ces deux choses : l'art et Zelda. Il en a fait des centaines d’œuvres déjà, dessins, murales, BDs, sculptures et bien plus encore comme vous le savez puisqu'on en a déjà beaucoup parlé ici. Je profite donc de ce clin d’œil aujourd'hui pour remercier Sandra pour cette idée qu'elle a publiée sur facebook un jour de 2014.


Je me sens à nouveau l'envie de trouver le temps pour enfin faire la mise en page et mettre en ligne LA publication sur le sujet qui attend en file depuis quelques années (!). Et puisque nous sommes dans la gratitude, je termine sur ces mots que j'ai publiés sur facebook plus tôt cette semaine, en vous souhaitant le bonheur de partager la joie de vos enfants dans tout ce qu'ils aiment.

« Je suis si heureuse, j'adore ma vie AVEC nos enfants. Leur authenticité, leur sincérité, leur humour aussi, et toujours tant d'amour et de compassion pour tous les vivants, quel bonheur !
Une vie de unschooling, c'est apprendre de la vie dans la vie à chaque instant, c'est être aimant, tendre, respectueux et confiant avec ses enfants, avec le résultat de préserver et enrichir notre relation d'amour, de tendresse, de respect et de confiance, à chaque instant... et c'est le bonheur que je vous souhaite. »
Sincèrement,
Édith

lundi 11 mai 2015

Réflexion sur l'aspect légal - Partie 6 : l'éducation maison et notre réflexion sur la légitimité d'une loi. Antigone. Instrument international des Nations Unies

Réflexion sur l'Aspect Légal - Partie 6

Suite et fin : republication du dernier de la série de 6 articles intitulée Réflexion sur l'aspect légal, tel qu'annoncé ici, en préambule.

J'OSE la vie ! - journaljose.blogspot.com

vendredi 11 mai 2007

À NOTER: Il est important de garder à l'esprit que cette série d’articles sur la légalité de l'école maison ne constitue pas un avis légal provenant d'un professionnel du droit. Le contenu de ces articles se veut uniquement un outil de réflexion et d'information générale sur le thème de la légalité.


* * * * * * * * *


Les articles précédents ont démontré que l'école maison est une pratique légale au Québec. Cependant, dans la vie quotidienne, bien des parents ne sont pas au courant de cette possibilité. Il en est de même pour bien des enseignants et autres intervenants scolaires mais la tendance semble aller à une meilleure information auprès de ces professionnels. 

L'éducation à la maison n'est pas seulement le fait de familles qui désirent avant tout que leur enfant intègre le système scolaire un jour. Ce n’est pas seulement le fait de familles qui optent temporairement pour l'éducation à domicile. Ce ne sont pas toutes les familles qui désirent que leur commission scolaire s'implique dans la reconnaissance et le soutien de ce qu'elles vivent. Pour certaines familles, l'intervention de leur commission scolaire est une ingérence et un non-sens. Des familles en viennent à choisir l'école maison par défaut, parce qu'il n'y a pas d'autres solutions pour protéger le développement de leur enfant. Malheureusement, l'école n'est pas toujours le beau milieu de vie que la société souhaite pour les enfants québécois. Pour ces familles, une coupure franche et nette avec le système scolaire est la seule façon de faire cesser une agression morale sur leur enfant. 

Enfin, il y a d'autres familles qui intègrent l'école maison comme un mode de vie. Ce mode de vie peut être modelé par des convictions profondes qui sont difficiles à arrimer avec une intervention gouvernementale dans leur vie comme il peut être en harmonie avec la culture ambiante. Ainsi, des familles désirent faire évaluer régulièrement leur enfant, montrant en cela un certain conformisme envers les normes sociales en éducation. Mais d'autres jugent absolument inacceptable de rendre des comptes à une commission scolaire ou à un professionnel pouvant être porteur de valeurs sociales différentes, voire même incompatibles avec les convictions dans lesquelles leur famille s'investit. Ces relations possiblement conflictuelles entre une famille et une commission scolaire peuvent aspirer à devenir harmonieuse si la loi sur l'instruction publique est interprétée avec souplesse et avec un sens éthique. Nous avons proposé une alternative mais nous ne sommes pas juristes et ne pouvons pas par conséquent trancher la question. Dans l'optique où la souplesse nécessaire pour vivre une école maison pleinement maison n'est pas consistante avec la loi, nous sommes dans l'obligation de soulever la question de la légitimité de la loi sur l'instruction publique

Les lois doivent nous aider à vivre en société. Le rapport entre lois et sociétés en est un d'interdépendance. Il n'y a pas de lois sans société ni sociétés sans loi (qu'une loi soit tacite ou explicite). Les lois peuvent modeler l'évolution d'une société mais la société peut aussi modifier ces lois lorsqu'elles ne répondent plus à ses aspirations, à ses valeurs, à son développement, à ses problématiques. Ainsi, la loi sur l'instruction publique a été entérinée par notre société avant que le mouvement de l'école maison y ait une expression. La question qui se profile est de déterminer si la loi est suffisamment souple pour englober l'école maison en tant que mouvement et non en tant que choix éducatif à la remorque d'une technocratie éducative ou d'un socialisme. Chaque être humain se confronte à la loi des hommes de sa société par le contrôle de soi plus ou moins développé qu'il met en œuvre. Mais cette confrontation atteint sa pleine expression lorsqu'il y a affrontement entre la loi humaine et la loi du cœur, cette loi que la dignité humaine, dans tout ce qu'elle comporte de noblesse, lui dicte. Certains parleront même de loi divine. L'histoire d'Antigone que nous a laissé le poète grec Sophocle il y a environ 2500 ans illustre bien cette opposition possible entre les lois d'une société et les lois que notre compétence personnelle nous somment d'obéir. Antigone ira enterrer son frère Polynice malgré l'interdiction de sépulture que sa société a fait tomber sur lui. Elle est prête à affronter la colère, le mépris et la sanction (ici la mort) de sa société pour agir selon sa conscience. L'école maison peut s'inscrire comme une action relevant de la désobéissance civile, de la non-violence, de la résistance politique. 

Le point est que la diversité des pratiques de l'école maison ne trouve pas un arrimage parfait avec la loi sur l'instruction publique. Le mouvement de l'école maison est une démonstration de la vitalité de la réponse des parents envers leur rôle de citoyen ainsi qu'envers les lacunes du système d'éducation publique ou privé concernant les besoins de leurs familles. La loi sur l'instruction publique a de forte chance d'être interprétée selon la culture dominante dans la société québécoise, culture dont les divers intervenants des services publics dédiés aux enfants risquent fort d'en être imprégnés. Cette culture dominante est certes concernée par le bien-être des enfants. Cependant, ce bien-être est conçu selon un ensemble de valeurs dominées par le matérialisme. Ainsi, parce que la grande majorité des deux parents continuent de travailler tout en fondant une famille, la société valorise des programmes, des lois, des mesures qui favorisent le retour au travail. Si une mère use par contre de sa liberté d'allaiter son enfant plus de 2 ans, elle a peu de soutien social pour vivre selon ses convictions marginales. Elle rencontre même un corpus de préjugés : problèmes de sommeil, de comportement, d'autonomie et d'épuisement maternel. Notre société met tellement d'argent dans le développement de services de garde à temps plein que le maternage par l'allaitement prolongé s'y insère difficilement. Le développement des services de gardes à temps plein a comme tendance lourde d'établir des normes sociales qui encadrent le parentage selon un modèle unique. Envers l'école maison, cette culture ambiante demeure. La société en vient donc à considérer la fréquentation scolaire non pas comme un modèle possible d'éducation mais comme le modèle de référence puisqu'il répond adéquatement aux besoins et aspirations sociales : développement de l'enfant tout en libérant les parents. Cette culture influence forcément les divers intervenants dans leur interprétation de la loi et son application. Sauf, évidemment, s'ils ont fait l'effort d'acquérir une culture qui accepte dans son fondement l'éthique comme outil de gestion des rapports humains. 

Le mouvement de l'école maison est une réponse saine des parents sur des questions touchant leurs responsabilités. Il s'inscrit dans une volonté de progrès et de développement social. Ces parents sont conscients que leurs enfants seront des citoyens à leur tour. Ces parents travaillent à bâtir leur société par l'éducation de leurs enfants et les éduquent aussi dans l'idée d'une société à bâtir. Nous léguons à nos enfants de hautes aspirations pour la magnification (émancipation) de la dignité humaine. Nous leur léguons aussi une boîte de Pandore regorgeant de problèmes sociaux, environnementaux et économiques. Pour ces parents, l'école maison devient un moyen d'accompagner ce legs d'une boîte à outil : une éducation sur mesure. L'école est un engagement tacitement social des parents qui accomplissent ainsi leur devoir à contribuer au progrès social.  Selon l'article 4 de la Déclaration sur le progrès et le développement dans le domaine social :
« La famille, en tant qu'élément de base de la société et que milieu naturel pour la croissance et le bien-être de tous ses membres, et en particulier des enfants et des jeunes, doit être aidée et protégée afin qu'elle puisse assumer pleinement ses responsabilités au sein de la communauté. ... »
L'école maison est un choix éducatif marginal qui va à l'encontre de la culture ambiante comme nous l'avons déjà dit. Les parents qui entreprennent cette voie sont forcément conscients de cette marginalité et n'y ont pas tous sauté le cœur léger. De plus, la décision d'assumer complètement l'éducation de leurs enfants n'est pas irréfléchie. Elle est le résultat d'un processus de réflexion pour parvenir à une opinion éclairée sur la question. Cette démarche éducative est une initiative créatrice sollicitant pleinement les ressources humaines des parents et de leur environnement dont le but est d'améliorer les services éducatifs offerts à leurs enfants. Cette approche s'inscrit tout à fait dans l'esprit de l'article 5 de la même déclaration aux alinéas a), c) et d). De plus, l'article 22 demande à ce qu'il y ait élaboration et coordination de politiques et de mesures visant à renforcer les fonctions essentielles de la famille en tant que cellule de base de la société. Plusieurs familles qui font l'école maison en contexte québécois n'en demande pas tant de la part de leur gouvernement. Nous croyons même, ce n'est que notre opinion d'auteur(e)s, que notre société n'a pas encore assez développé sa maturité sur le plan de la vie démocratique pour que le gouvernement offre un soutien matériel et professionnel aux familles d'école maison sans ingérence dans les libertés fondamentales. Quelques familles auraient besoin d'un minimum de soutien parce que leurs enfants ont des besoins particuliers ou qu'elles sont à faible revenu. Mais la majorité des familles souhaitent en général qu'on les laisse jouir en paix de leurs libertés fondamentales. Elles font un peu cavalier seul, chargées de lourdes responsabilités mais fières de leur mission et braves dans l'adversité.

© LEMAQ 2003-2007
Publié par à

dimanche 3 mai 2015

Réflexion sur l'aspect légal - Partie 5 : l'éducation maison et la Loi sur l’instruction publique : une autre interprétation

Réflexion sur l'Aspect Légal - Partie 5

Republication d'un article auparavant publié ici, tel qu'annoncé en avril, sur ce blog. 

J'OSE la vie ! - journaljose.blogspot.com

Jeudi 3 mai 2007

À NOTER: Il est important de garder à l'esprit que cette série d’articles sur la légalité de l'école maison ne constitue pas un avis légal provenant d'un professionnel du droit. Le contenu de ces articles se veut uniquement un outil de réflexion et d'information générale sur le thème de la légalité.

* * * * * * * * *

Dans la quatrième partie de notre série d’articles sur l’aspect légal, nous avons vu la loi sur l’instruction publique et nous aimerions maintenant y accorder un peu plus d’attention.

Un rappel : Loi sur l’instruction publique

« 15. Est dispensé de fréquenter une école l'enfant qui :
1. en est exempté par la commission scolaire en raison de maladie ou pour recevoir des soins ou des traitements médicaux requis par son état de santé;
2. en est exempté par la commission scolaire, à la demande de ses parents et après consultation du comité consultatif des services aux élèves handicapés et aux élèves en difficultés d'adaptation ou d'apprentissage établi en application de l'article 185, en raison d'un handicap physique ou mental qui l'empêche de fréquenter l'école;
3. est expulsé de l'école par la commission scolaire en application de l'article 242;
4. reçoit à la maison un enseignement et y vit une expérience éducative qui, d'après une évaluation faite par la commission scolaire ou à sa demande, sont équivalents à ce qui est dispensé ou vécu à l'école. »
L'interprétation courante la plus coercitive de cet article 15, 4e alinéa, est qu'une famille qui désire faire l'école maison est tenue d'aviser par écrit la commission scolaire de son choix. La commission scolaire lui soumet alors une procédure d'évaluation, propre à chaque commission scolaire, afin de s'assurer que l'enfant reçoit bien une éducation adéquate. Couramment, l'évaluation consiste en la présentation d'un portfolio d'apprentissage de l'enfant préparé par le parent (et l'enfant selon sa capacité) ou un ensemble d'évaluations sommatives imposées par la commission scolaire ou encore un jumelage des deux approches. Précisons dès maintenant que nous n'endossons absolument pas cette interprétation. Nous jugeons nécessaire de discuter des implications de cette procédure.

Aux premières considérations superficielles, cette façon de procéder semble raisonnable. Bon nombre de familles sont satisfaites de l'entente qu'elles ont avec leur commission scolaire. Toutefois, le caractère raisonnable d'une interprétation n'en fait pas pour autant une interprétation juste. Nous entendons «juste» dans le sens de ce qui reflète la justice comme valeur humaine.* Notre société se veut une société libre et démocratique. Une éthique des rapports humains cherche continuellement à y maintenir sa place. C'est de cette aspiration à une profonde éthique des relations entre les personnes, tant morales que physiques, que nous voulons orienter la réflexion sur une interprétation alternative du corpus légal touchant l'école maison. Rappelons que ce chapitre n'est pas un avis juridique. Il propose une réflexion sur les textes légaux qui permettra peut-être un raffinement des concepts qui y sont en jeu. Les lois modifient rapidement une société mais une société change plus lentement l'interprétation d'une loi. Cette série d’articles n'est qu'une modeste contribution sociale pour progresser vers une société meilleure.

La formulation de la loi sur l'instruction publique comporte des zones grises qui permettent de concevoir des scénarios différents de celui présenté deux paragraphes plus haut. Le premier point qui peut être remis en question est l'obligation pour une famille d'aviser la commission scolaire de son choix de faire l'école maison. La formulation des 3 premiers alinéas de l'article 15 indique clairement le rôle décisionnel de la commission scolaire: l'enfant est soit exempté, soit expulsé par la commission scolaire. Le 4e alinéa ne comporte pas cette formulation alors qu'il aurait été très facile pour le législateur de continuer avec la même logique syntaxique. On comprend donc que, dans le cas de l'école maison, ce n'est pas la commission scolaire qui exempte l'enfant de la fréquentation obligatoire d'une école, c'est le parent lui-même comme lui en donne le droit son autorité parentale. La lettre d'information du choix de faire l'école maison serait donc facultative et soumise plutôt au contexte particulier à l'enfant.
Ainsi, une famille qui désire retirer son enfant de l'école qu'il fréquente, devrait en aviser la commission scolaire pour deux raisons :

La première, est une simple question de courtoisie : vous ne désirez plus avoir recours aux services éducatifs offerts par la commission solaire, il est juste de l'informer qu'elle est dégagée de cette responsabilité que vous ne voulez plus déléguer.

La deuxième raison est que la commission scolaire est une personne morale de droit public, ses fonctions, responsabilités et pouvoirs sont donc encadrés par des lois. Or la loi sur l'instruction publique exige d'elle qu'elle signale au directeur de la protection de la jeunesse toute famille dont l'enfant s'absente fréquemment de l'école sans justification (a.18). Alors, si vous n'avisez pas la commission scolaire, celle-ci, ignorant votre décision, ne fait qu'accomplir son devoir en communiquant avec la direction de la protection de la jeunesse.

Cependant, si vous êtes dans la situation où votre enfant n'a jamais fréquenté une école et n'a jamais été inscrit à la commission scolaire, vous auriez le choix (selon cette interprétation alternative) d'aviser la commission scolaire ou non de votre décision de faire l'école maison. Rappelons que selon l'interprétation que nous proposons, la loi n'a pas formulé de pouvoir décisionnel concernant le choix premier d'une famille de faire l'école maison à ses enfants. Il serait donc tout à fait inutile pour une famille incognito devant une commission scolaire de communiquer avec cette institution sauf si cette famille y voit quelque utilité.

Nous croyons qu'il y a une distinction à faire entre les familles qui ont inscrit leur enfant à la commission scolaire et les familles qui ne l'ont pas inscrit. L'article 447 de la loi sur l'instruction publique prévoit la création d'un régime pédagogique. Dans le Régime pédagogique de l'éducation préscolaire, de l'enseignement primaire et de l'enseignement secondaire, il est clairement indiqué à l'article 9 que pour pouvoir bénéficier des services éducatifs dispensés par la commission scolaire, le parent doit en faire la demande. C'est à dire qu'il y a une demande de contrat pour lier la famille et la commission scolaire au sujet de services éducatifs. Une famille qui n'inscrit pas son enfant à la commission scolaire manifeste son refus de l'offre de contracter que lui fait la commission scolaire en tant que personne morale de droit public. Une telle famille n'a donc aucune obligation d'informer la commission scolaire de son choix de faire l'école maison car elle n'a aucun contrat qui la lie à celle-ci.

Nous entendons déjà les protestations de ceux qui expriment la crainte que l'enfant ne reçoive pas une éducation adéquate du fait d'une incompétence parentale ou qu'il soit même abusé moralement ou physiquement. Pour ces gens, la connaissance qu’aurait la commission scolaire de sa clientèle de famille d'école maison est la seule façon de gérer ce risque. C'est-à-dire qu'ils jugent que toute famille faisant l'école maison doit aviser sa commission scolaire. À cela, nous apportons quelques éléments de réponses.

Tout d'abord, bien des enfants abusés ont fréquenté et fréquentent en ce moment même le système scolaire sans que jamais un professionnel de ces services publics ne détecte ces cas d'abus. Aussi, bien des enfants qui bénéficient des services éducatifs de la commission scolaire n'en sortent pas avec une éducation adéquate (analphabétisme, décrochage scolaire par exemple).

Deuxièmement, le Code civil du Québec demande à chaque personne d'exercer ses droits civils selon les exigences de la bonne foi (article 6), c'est-à-dire sans intention de nuire à autrui. Dans nos rapports humains, nous prenons pour acquis que chacun d'entre nous agit de bonne foi (présomption d'innocence...). Le Code civil reconnaît aux parents, non déchus de leur autorité parentale, le droit et le devoir d'éduquer leurs enfants. Un parent qui use de ce droit et accomplit son devoir civil doit donc être présumé le faire de bonne foi. Par conséquent, l'idée de contrôler les possibilités d'abus au moyen d'une lettre d'information ne tient pas la route. Maintenant, nous reconnaissons qu'il y a effectivement une possibilité pour qu'une famille n'agisse pas pour le meilleur intérêt de son enfant et cache ses manques sous l'image de l'école maison. Cela rend-il la lettre d'information à la commission scolaire nécessaire pour autant ? Non, car notre société a déjà une loi pour gérer ces déficiences parentales. Il s'agit de la loi sur la protection de la jeunesse. Nous l'avons présentée dans une section précédente. Nous avons vu que le fait qu'un enfant d'âge scolaire ne fréquente pas une école suffit pour faire un signalement au directeur de la protection de la jeunesse et pour que celui-ci ouvre un dossier. Notre société a donc une autre procédure de contrôle social que de «faire rapport» à la commission scolaire. Nous conseillons donc l'envoi d'une lettre à la commission scolaire seulement pour les familles dont l'enfant y est inscrit, et ce, pour des raisons de politesse et pour éviter d'avoir immédiatement un intervenant de la D.P.J. à votre porte.

Certains argueront que, de toute manière, toute famille faisant l'école maison doit se faire connaître à la commission scolaire desservant son territoire afin que celle-ci puisse procéder à l'évaluation de l'enseignement et de l'expérience éducative vécu par l'enfant. Cette opinion ne tient pas compte de deux zones grises additionnelles dans la formulation de la loi.

En premier lieu, il y a méprise sur l'obligation de procéder de facto à une évaluation faite par la commission scolaire. En effet, la loi affirme dans un premier temps que l'évaluation est faite «par la commission scolaire» mais dans un deuxième temps «ou à sa demande». L'un des modes n'est pas mis en priorité sur l'autre. L'expression «ou à sa demande» implique une possibilité, et non une certitude, que la commission scolaire demande une évaluation dont, en plus, elle n'est pas nécessairement l'auteure.
Il est aussi nécessaire de discuter davantage de «qui» est en autorité de produire une évaluation. La loi formule clairement dans un premier temps que la commission scolaire est habileté à faire une évaluation de l'enseignement et de l'expérience éducative vécue par une famille. Mais il n'y a pas que la commission scolaire qui a la compétence de soumettre une évaluation. Dans la situation où la commission scolaire demande une évaluation, la loi ne spécifie pas qui peut répondre à cette demande. Les parents peuvent donc y répondre à en fournissant leur propre évaluation ou celle d'un professionnel choisi par eux. Certaines commissions scolaires commettent un abus en tentant d'imposer unilatéralement la procédure d'évaluation aux parents. La formulation de la loi ne lui donne pas un tel pouvoir. C'est le parent-éducateur en premier lieu qui doit choisir le mode d'évaluation qui convient à sa famille. Il peut choisir une évaluation faite par la commission scolaire comme il peut la refuser. S'il la refuse, la commission scolaire doit accepter le dossier d'évaluation soumis par le parent pour répondre à sa demande.

Nous poursuivrons bientôt avec notre réflexion sur la légitimité d’une loi. Nous espérons que vous serez des nôtres.

© LEMAQ 2003-2007
* "justice morale qui respecte les droits et libertés humaines"
Publié par à