mardi 2 juin 2015

Changement au présent, guérison du passé, espoir pour le futur

Auteure : Sandra Dodd
Traduction: J'OSE la vie !

photo : J'OSE la vie !
« Souvent, les gens résistent à l'idée que vivre le 'unschooling' implique plus que de laisser leurs enfants jouer. Ils n'aiment pas penser que ça implique de changer soi-même.

Peu à peu, pourtant, la liberté de l'enfant crée un nouveau relâchement chez les parents. Et à mesure que l'un augmente, l'autre aussi. Quand un parent atteint un point sensible où il ressent jalousie et ressentiment, c'est souvent un signe qu'il y a un souvenir d'enfance douloureux qui n'a pas encore été mis à sécher.

Quand on est tenté de dire "non", et qu'on a cette petite conversation intérieure qui conduit à penser "Pourquoi pas ?", ça peut être la guérison qui se présente. 


Quand j'en suis là, je revois ma maman dire non, puis je l'imagine avoir été suffisamment ouverte pour dire oui plus souvent, et je me représente moi dans mon enfance ayant un frisson de liberté et d'approbation. Il y avait une certaine liberté et certaines approbations mais je peux en imaginer beaucoup plus, et en arroser mes enfants.

Parfois, j'imagine ma grand-mère dire "oui" beaucoup plus souvent à la jeune fille qu'était ma maman, et je pense que peut-être si ma maman avait eu plus de liberté, elle en aurait eu plus à propager partout. J'espère que mes enfants n'auront pas à penser autant avant de dire oui à leurs enfants.

D'autres personne ont mentionné se sentir plus légères et moins liées aux "il faut" [lors de leur cheminement]. Il ne semble pas y avoir d'importance entre le fait de commencer par les questions "éducatives" ou plutôt par des questions générales à propos de parentalité, tout se construit ensemble. Toutes les relations vont mieux. » ~ Sandra Dodd

1 commentaire:

BénéBretagne a dit…

Et oui, le fameux effet miroir !!! C'est compliqué de se remettre en question en permanence et d'accepter de regarder là où ça fait mal, où ça coince puis de lâcher prise. Mais regarder avec empathie ses parents, et même ses grands parents, oui, ça fait beaucoup de bien. Au fond, nous sommes tous des enfants, il n'y a certains qui sont là depuis plus longtemps, c'est tout ! Regarder avec empathie ce qu'eux ont fait, sans les juger, même si nos choix sont différents voir opposés. C'est difficile mais ça aide à avancer. Je vous embrasse.

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus.
(Note: tout commentaire irrespectueux sera supprimé.)