lundi 22 juillet 2013

Mon frère

Mon frère,

1973
Avec toi, j'ai vu notre maman prendre soin d'un bébé;
Avec toi, j'ai vu notre papa jouer avec un tout-petit;
Avec toi, j'ai appris à prendre un bébé dans mes bras, et à l'aimer si fort;
Avec toi, j'ai appris à changer les couches, en prenant bien soin de ne pas te piquer avec les grosses aiguilles (fallait passer deux doigts dessous, maman m'a montré);
Avec toi, j'ai vu comment apprennent et grandissent les enfants.

Tu te rappelles, je t'appelais mon bébé-frère ?
1974
Avec toi, j'ai appris à être une grande sœur aimante;
Avec toi, j'ai appris que tu ne dormais pas encore, le soir, quand, à tes côtés, je m'allongeais, pour ne pas que tu t'endormes seul, et que je chuchotais: «Guy, dors-tu?», et que tu soufflais, de ta petite voix musicale, tout bas: «oui» !
Avec toi, j'ai appris, qu'une maman fait cuire un 'coco' le soir, quand son fils, déjà au lit, a faim;
Avec toi, j'ai ri;
Avec toi, j'ai joué;
1975
Avec toi, j'ai célébré, nos anniversaires, et nos Noëls;

Tu te rappelles, ce jour de septembre, où tu as appelé notre maman au téléphone, pour lui demander de rentrer, parce que tu avais accepté de feindre un 'mal au ventre', à notre demande, Nathalie, Mario et moi, pour lui faire une surprise party ? Elle était bien soulagée de voir que tu allais bien, et souriante de voir qu'on avait acheté des petits gâteaux, et une bouteille de Baby Duck !
1982
1984 ?
Avec toi, j'ai appris à écouter un adolescent partager ses joies, ses peines;
Avec toi, j'ai appris à être disponible, après l'heure du dernier bus.

Tu te rappelles ce jour, où on s'est donnés rendez-vous pour prendre une pizza chez Normandin, qu'on prévoyait manger ensemble, dans notre un-et-demi à Stef et moi, toi après l'école, moi après le travail, et que j'avais oublié les clés ?

Toi, mon frère, si petit, si mignon, 
Toi, mon frère aux grands yeux bleus,
Toi, mon frère, si doux, si gentil,
1978 (?)
Toi, mon frère, drôle, et un peu dans la lune, parfois,
Te souviens-tu ? Ce soir où nous sommes arrivés, Stef et moi, et que devant la télé, tu avais 'oublié' ouverts les robinets de la baignoire ?  
On a bien rigolé, tous les trois, à éponger le plancher de la cuisine!

Toi, mon frère, si beau, si blond, et qui aimait garder ses cheveux longs, 
Toi, mon frère, au cœur grand comme ça, et qui l'ouvrait aux autres, tristes, ou malheureux, 
1986
Toi, mon frère, tu te souviens ? Assis, tous les deux, sur le garde-fou de métal, au coin de la rue, tu me disais que les gens qui ne sont pas gentils, ou font du mal, le font parce qu'ils ne vont pas bien, qu'ils souffrent... et tu m'as donné l'exemple d'un copain qui était, comme sa maman, battu par son papa... tu m'as dit que tu choisissais d'être son ami, et que tu voulais l'aider... et on a bien essayé, n'est-ce pas ?
1986 - 1987
(dernier Noël dans l'appartement où nous avons grandi, et premier Noël dans la nouvelle maison familiale,  
j'ai mis les photos comme ça, car on dirait que je te souris et te remercie pour ce 'nounours' que tu m'as offert )
Te souviens-tu ce jour d'été '88, où on est allés chez Léon, voir les ensembles de cuisine ? Ta préférence allait à une table et des chaises toutes blanches. Stéphane et moi sommes allés les acheter, plus tard,... mais tu ne les auras pas vus dans notre cuisine. 

Toi, mon frère, tu vois de là-bas, de là-haut, ou de juste à côté, toutes ces fleurs, et ces pensées, que nous partageons avec toi ? Et nos sourires, et nos larmes ?
Et ces jolis cailloux, et ces mots, que Olivier et Jérôme déposaient parfois, sur la grosse pierre, sur ce petit lopin de terre, où l'herbe pousse, verte, près de la montagne ?
Mes amours - juin 2013

Guy, mon frère, tu aurais aimé rencontrer nos enfants, être leur oncle... et eux aussi, j'en suis sûre; 
Guy, mon frère, tu me manques parfois;
Guy, mon frère, je pense à toi aujourd'hui;
Guy, mon frère, je suis reconnaissante que tu aies été dans ma vie pendant ces 15 années et presque 8 mois;
Life Tree ( Edith - 2013)
Guy, mon frère, je pense à toi, tous les jours, depuis vingt-cinq ans, et t'envoie tout mon amour,
et reçois le tien.

Je t'aime,

Édith
xox 
1988

3 commentaires:

BénéBretagne a dit…

Tellement émouvant, tellement fort ! Merci pour ce poème/hommage si beau !

Anonyme a dit…

une pensée pour vous ♥♥♥
ellene

L'équipe du Journal JOSE a dit…

Merci à vous !
Merci beaucoup !


Edith

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus.
(Note: tout commentaire irrespectueux sera supprimé.)