lundi 1 juillet 2013

Ce qui empêche le unschooling de fonctionner

Sandra Dodd - cr.photo: Rick Sanders
« Mes enfants ont toute leur vie pour mémoriser 7x8 s'ils le veulent.

La mère d'un enfant de douze ans a TRÈS peu de temps si elle veut aider son enfant à se remettre de l'école et passer quelques années "unschooling" avec lui avant qu'il ait grandi et qu'il ne parte. Elle n'a pas le temps de s'y mettre à l'aise progressivement. Si elle décroche, il aura déjà quinze ou seize ans et ça n'aura pas marché.

Si la mère d'un enfant de cinq ans est en train de décider combien d'enseignement de la lecture et d'exercices de mathématiques poursuivre avant de passer au unschooling, je préfèrerais la presser pour qu'elle penche vers "aucun", car "certains" est dommageable au potentiel de l'enfant d'apprendre avec joie et de découvrir par lui-même. Et "beaucoup" ne fera que nuire plus encore. "Aucun" peut encore se changer en "quelques" si le parent ne peut pas vivre le unschooling. Mais s'il ne le cherche même pas, il manquera à jamais l'occasion de voir cet enfant apprendre à lire graduellement et naturellement. Il sera trop tard, ce sera envolé à jamais.
 Jamais.

C'est pourquoi je ne dis pas: « Oh, je suis sûre que ce que vous faites est bien, et si vous voulez "unschooler", vous pouvez y venir peu à peu, à votre propre rythme. Rien ne presse. »
Les gens disent en plaisantant (et pourtant, c'est vrai) de leurs enfants qui apprennent la lecture plus tard, « je suis sûr qu'il saura lire avant son premier rendez-vous amoureux ». Par contre, on ne peut pas en dire autant du unschooling, si le parent est attaché à la pensée qu'il doit enseigner quelque chose.

Jusqu'à ce que la personne cesse de faire les choses qui empêchent le unschooling de fonctionner, le unschooling ne peut pas fonctionner.

Ça me paraît simple. Si vous essayez d'écouter un son, vous devez vous arrêter de parler et rester là, présent, disponible.

Certaines personnes veulent voir le unschooling se produire pendant qu'ils sont encore à enseigner, à faire des tas de choses inutiles, à attribuer des tâches et à exiger des résultats.

D'abord, ils doivent mettre fin à tout ça. Et puis, ils doivent être présents, être là pour vrai. Et puis, ils doivent regarder leurs enfants avec des yeux nouveaux, un nouveau regard. S'ils ne le font pas, ça ne marchera pas. » ~Sandra Dodd

Traduit de l'anglais, par Édith Chabot (juin 2011) pour J'OSE la vie!
---
Ça vous inspire ?
Lisez tout le billet, ici ! 
Et amusez-vous !
:-)
Amicalement,
Édith

3 commentaires:

catherine a dit…

Merci Edith pour la traduction des textes qui concernent le unschooling, j'apprécie beaucoup.
Catherine

Anonyme a dit…

un beau gros MERCI pour cet enthousiasme à partager, à traduire et à rayonner ! :))

L'équipe du Journal JOSE a dit…

Merci Catherine et Anonyme pour vos commentaires.
Ça fait plaisir !
Continuons de rayonner, tous ensemble !!! :-)

Édith

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus.
(Note: tout commentaire irrespectueux sera supprimé.)