vendredi 10 février 2012

Je vis donc j’apprends – Une vie unschooling

Traduction : Claire Rakotonimaro pour Apprendre en liberté


photo: http://sandradodd.com/pamsorooshian
« Le unschooling est à la fois facile et difficile à décrire. Le moyen facile est de dire que unschooling signifie “pas d’école”, mais il est beaucoup plus difficile d’expliquer ce que nous faisons en lieu et place de l’école.

Unschooling signifie ne pas dépendre des méthodes scolaires. C’est à dire pas de plans de leçon, pas de programme, pas de devoirs, pas de quiz ou tests, pas besoin de mémoriser, et pas de notes. Le parent ne devient pas l’enseignant de l’enfant. On ne recrée pas une école miniature à la maison.

Au lieu de cela, les unschoolers mettent l’accent sur une vie riche et stimulante, une vie ensemble. C’est tout. Vraiment.  Nous ne faisons pas «l’école», au contraire, nous nous concentrons sur une vie remplie d’opportunités, de possibilités et d’expériences. Les enfants humains sont nés apprenants. Littéralement. L’objectif du unschooling est de préserver cet amour de l’apprentissage et cette intense curiosité pendant que les enfants grandissent.
Comment faisons-nous cela? Dans la pratique, c’est très différent d’une famille unschooling à une autre. “Nous suivons nos intérêts”, est l’hymne de l’unschooler. Et, les intérêts de chaque famille permettent tous les types d’apprentissage: histoire, mathématiques, écriture, musique, lecture, sciences, et toutes les choses de la vie réelle qui sont utiles et intéressantes. Mais nous ne les considérons pas comme des « matières ». Nous les considérerons simplement comme des choses intéressantes, amusantes, fascinantes… quelque chose que nous avons envie de découvrir plus avant… ou pas. Une chose en entraîne une autre et la vie suit son cours et les enfants apprennent et les parents apprennent et la vie est pleine de possibilités partout où nous regardons.
Il est naturel pour les gens d’apprendre, chacun à sa manière. Il est naturel pour les enfants de vouloir comprendre le monde autour d’eux. Ils souhaitent rejoindre le monde des adultes et devenir eux-mêmes des adultes compétents et capables. Ils se démènent pour cela, de la façon qui leur est propre et naturelle. Les parents unschooling travaillent à créer un environnement familial qui soutien le désir naturel de l’enfant d’apprendre et de grandir.
Chaque enfant est unique. Il fait l’expérience du monde d’une manière qui lui est propre et s’exprime d’une manière différente de toute autre personne. Il n’existe aucun programme dans le monde qui soit conçu spécifiquement et dynamiquement pour un enfant en particulier, mais pourtant le mode de vie unschooling peut fournir une expérience d’apprentissage 100% individualisée. Les unschoolers n’apprendront peut être pas exactement ce que les professionnels de l’éducation et les éditeurs de manuels pensent qu’ils devraient faire - en ce sens, ils ont des lacunes dans leur apprentissage. Mais ils vont aussi apprendre des tas de choses qui ne sont pas incluses dans la listes des “apprentissages standards.” Ce qu’il est important pour une personne d’apprendre n’est pas nécessairement important pour une autre et nous n’avons pas vraiment de moyen de prédire ce qu’il sera important de savoir dans l’avenir. Par contre, nous savons que l’apprentissage forcé ou contraint n’est pas durable et que ce qu’on “enseigne” aux enfants ne sera “appris”  de manière durable que si c’est une chose qui les intéresse.
Les unschoolers gardent également à l’esprit que le calendrier des apprentissages s’étale en réalité sur toute la vie. Nous ne nous inquiétons pas de savoir si un enfant est “au niveau” parce que nous savons que les enfants apprennent tout le temps et qu’ils finiront par apprendre ce qu’ils ont besoin de savoir pour les raisons qui sont les leurs. Nous ne nous inquiétons pas de savoir s’ils vont manquer quelque chose d’important, parce que, si c'est important, ils vont s’en rendre compte d’eux même et trouver une façon de l’apprendre.
Un slogan unschooling dit que “vivre c’est apprendre, apprendre c’est vivre”. Les unschoolers ne pensent pas que il y a des moments pour apprendre et des moments où l’on n'apprend pas. Ils ne divisent pas la vie en temps scolaire ou  heures de cours par opposition à du temps de jeu ou temps de loisir. Il n’y a pas de temps extra-scolaire pour un unschooler, chaque minute de chaque jour est un temps d’apprentissage et il n’y a pas de temps distinct consacré à l’éducation.
Est-ce que le unschooling est fait pour tout le monde? Ma réponse est : « Cela dépend ». 
Je pense que TOUS les enfants peuvent apprendre, grandir et s’épanouir en tant que unschoolers. Mais, je pense aussi qu’il faut une envie intense et beaucoup d’enthousiasme pour la vie de la part du parent unschooling. Etre un parent unschooling est un travail acharné. Par exemple, ils doivent développer un niveau très élevé de sensibilité à leurs enfants pour savoir quoi offrir, quand soutenir, quand s’effacer, comment l’enfant souhaite s’occuper, quel besoin de solitude il a, quand il a besoin d’un coup de pouce ou d’un peu d'encouragements, quand s’impliquer davantage, et ainsi de suite… ET les parents doivent être en mesure d’avoir toujours en tête les centres d’intérêt de leurs enfants, en pensant toujours à ce qui les intéresse, ce qui peut créer une rencontre entre le monde et cet enfant-là de manière à ce que ça “clique”. Et il faut beaucoup de confiance que l’enfant va apprendre sans pression extérieure.
Nous pourrions suivre un curriculum – je pourrais organiser quelques heures par jour de “travail scolaire”, en insistant pour que mes enfants s’y soumettent. Mais j’ai lu tout ce que je pouvais trouver sur l’apprentissage et j’ai 30 ans d’expérience en enseignement et je sais, tout au fond de moi, que toute contrainte dans l’apprentissage crée soit une résistance, soit la passivité ou l’apathie, et je ne souhaite aucune de ces choses là pour mes enfants. Apprendre est une chose agréable – ça peut être difficile – mais c’est également agréable. La contrainte est désagréable et apprendre sous la contrainte c’est désagréable, quelque soit nos efforts pour rendre cela intéressant. Les enfants qui n’ont connu que le plaisir d’apprendre sans contrainte font montre d’une incroyable créativité, de confiance, d’intensité, de concentration, de persévérance, de connaissance de soi, et d’un fort sentiment d’être responsable d’eux mêmes.
Liquid-heART (J'OSE la vie !)
Tous les parents ne souhaitent pas que leurs enfants grandissent avec de la volonté et un esprit véritablement indépendant. Et, il est pertinent de se souvenir de “faire attention à ce que vous souhaitez”. Si ce que nous voulons, c’est surtout que nos enfants nous respectent et qu’ils adoptent nos croyances et nos objectifs, le unschooling n’est peut-être pas pour nous. Beaucoup de parents ont une définition générale de «succès» dans leur propre tête, et ce qu’ils veulent pour leurs enfants c’est qu’ils atteignent leur version du succès. Beaucoup veulent que leurs enfants soient une preuve vivante qu’ils ont été de bons parents, ils peuvent même être particulièrement intéressés par les résultats qui impressionneront leurs amis, parents et connaissances. Encore une fois, le unschooling n’est probablement pas le meilleur choix dans ces circonstances là.

Les unschoolers ont aussi des objectifs, qui guident nos interactions avec nos enfants au quotidien. Nous voulons que nos enfants découvrent leurs propres passions et qu’ils y sautent à pieds joints, en ayant confiance en la vie et en eux-mêmes. Nous voulons que nos enfants sachent, au plus profond d'eux-mêmes, qu’ils sont forts et capables et peuvent faire leurs propres choix individuels. Nous voulons qu’ils soient des libres penseurs autonomes, quitte à s’opposer à la culture dominante ET également à la contre-culture. Nous voulons qu'ils soient capables de penser par eux-mêmes et de faire ce qu’ils estiment être juste et bon et digne de mérite.

Mais par dessus tout, nous voulons des enfants heureux d’être en vie, aujourd’hui et demain. »

Pour la traduction originale, c'est ici. Gros merci à Claire de nous permettre de partager ce texte de Pam Sorooshian. Edith

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus.
(Note: tout commentaire irrespectueux sera supprimé.)