mercredi 15 janvier 2014

Doit-on travailler à se déscolariser ?

Sur une liste unschooling, quelqu'un demandait si on avait laissé le processus faire son chemin ou si on travaillait activement à se déscolariser.
Voici ma réponse:  

« Depuis longtemps, mes enfants m'ont montré que je n'avançais pas, mais que je retournais à moi. Cette démarche est un retour à soi, c'est reprendre le fil qu'on n'a pas pu poursuivre, à un moment ou un autre.
Pour ce chemin du retour, personnellement, je ne crois pas au 'travail' sur soi, pas plus à 'travailler' à se déscolariser, donc.
Ça a peut-être l'air de jouer sur les mots mais en fait, ça ne l'est pas. Pour faire bref, disons que lorsque j'ai eu/trouvé/entendu/reçu en cadeau les mots exacts, j'ai pu les utiliser, 'connaître' ce que je ressentais, et voir qu'il ne s'agissait pas de travail. Du coup, ça a été beaucoup plus simple et plus rapide.

Ce qui ne veut pas dire que je ne comprends pas ton questionnement, au contraire, alors je partage ceci: c'est en vivant le moment présent, en étant vraiment attentive à mon enfant, en choisissant la relation avant toute autre chose, que je suis consciente des options possibles, que je peux faire le meilleur choix.

La déscolarisation (désociétarisation, disait Olivier) est beaucoup dans ces deux mots, pour moi: choix, attitude.
La façon d'exprimer le choix (que j'ai vue dans les écrits de Sandra Dodd), et l'attitude que je choisis d'avoir face à mon enfant (mots d' André Stern) ont décollé les restes d'éducation et de scolarisation que j'ai reçues. (S'il y en a encore parfois, ils décollent par mes choix.)

Comme je le partage souvent avec les gens, l'attitude que j'ai choisie de prendre avec mes enfants m'a conduite naturellement, logiquement, à avoir cette même attitude envers moi-même, puis de là, avec chacun. » ~ Édith Chabot-L.

références :
http://sandradodd.com/french/choix
http://journaljose.blogspot.ca/2013/12/le-unschooling-une-attitude.html
http://sandradodd.com/french/

citation (tirée de la pochette de l'album NEW): 

« Hard work ? No. Not at all. We don't work music, We play it! » ~ Paul McCartney

Je vis la même chose avec le mot 'vie' que Sir Paul avec le mot 'musique'. :-)

Edith
projet en cours... Édith

6 commentaires:

BénéBretagne a dit…

Finalement, je n'ai pas résisté à l'envie de lire cet article qui correspond également à mes impressions. La non scolarisation, ou peu importe le mot que l'on utilise n'est que la continuité de ce que le bébé apprend, les premières heures, premiers jours, premiers mois de sa vie. Grâce à son environnement, à l'amour de ses parents et proches, à la bienveillance de tous face à ces avancées, pauses et questionnements, l'enfant grandit. Naturellement. Ca me semble tellement évident aujourd'hui. André Stern le dit très bien : c'est l'environnement qui permet à l'enfant d'avancer. Merci pour cet article les JOSE et au plaisir de vous revoir. Pour Vrai ! ;-)

L'équipe du Journal JOSE a dit…

OUI !!!
À bientôt, BénéBretagne !
:-)

Et merci pour ton mot, tu dis si bien les choses. ♥

Édith and the gang

Anonyme a dit…

Bonjour Édith! Je suis d'accord avec toi, mais en pratique... c'est pas ça.
Je ne suis pas sure de moi mais j'ai l'impression que c'est aussi en grosse partie en fonction de l'éducation que l'on aurait reçu enfant que l'on y arrive ou pas... je travaille sur moi depuis 8 ans, et j'apprends chaque jour à lâcher prise, à être la personne que je voudrais être vraiment, et je commence à y arriver!
Honnêtement je suis convaincue par la bienveillance, j'ai allaité, porté mes enfants, cododoté, écouté leurs besoins et maintenant je veux les accompagner du mieux possible, et nous avons choisi de vivre une vraie relation avec eux en etant en unschooling, etc...
Le seul hic, c'est que malgré mes choix de les respecter, de vivre avec eux en harmonie, de vivre le moment présent, etc... Et bien il y a eu et il y a encore heureusement de plus en plus rarement des moments ou je n'ai pas pu, pas su leur offrir écoute et bienveillance! Parce c'était trop violent pour moi, des fois je ne pouvais tout simplement pas! Il y avait littéralement trop de violence enfoui en moi?
Pourtant ce n'est pas faute d'avoir voulu changer d'attitude... Il m'aura fallu 8 ans pour en être capable

Anonyme a dit…

Donc oui c'était du travail pour moi, ça a été long effectivement, j'avais beau voir les choix possibles, impossible de les appliquer si facilement!
Fla

Anne a dit…

Plus je lis ce blog et plus je me dis que j'aimerais vraiment échanger , partager avec vous sur tout cela de vive voix. Le Québec et le Mexique ce n'est pas si loin finalement alors qui sait ? :) merci en tout cas de tout ces articles riches en réflexions et émotions
Anne

Anne a dit…

Et pour la musique aussi :)

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus.
(Note: tout commentaire irrespectueux sera supprimé.)