dimanche 10 avril 2011

On en oublie presque...

Ah, la série "Les Tudors"! Rien de tel que de regarder des enfants pendus et des prêtres malveillants pour se donner l'impression que notre situation actuelle est tellement bien comparée au passé!

On en arrive presque à oublier les pauvres travailleurs vivant en appartement sur le bord de ces boulevards tous plus gris les uns que les autres, ces parents qui feront bientôt partie des 50 000 nouveaux employés de McDonalds. En oublier que pendant ce temps là de plus chanceux et diplômés ingénieurs « améliorent » les avions militaires, conçoivent de nouveaux types de sucres pour diabétiques et en gros, inventent de nouvelles manières de faire de l'argent aux multinationales.

On en oublie presque que tous les candidats potentiels pour devenir le futur premier ministre de notre pays sont tous des imbéciles, ne serait-ce que parce qu'ils ont fait le choix d'un carrière en politique, ce à quoi on ajoute leur prétention de penser pouvoir diriger le peuple mieux que le peuple lui-même.

On en oublie aussi presque que les africains et les sud-américains travaillent à présent dans des mines parce qu'ils se sont fait et se font encore voler leurs terres par les riches pour y faire pousser notre nourriture.

Et on en oublie presque que chaque jour des millions d'animaux sont violés pour qu'ils se reproduisent, écrasés et en décomposition les uns sur les autres dans des cages minuscules casées dans des entrepôts, et gavées de tout ce qui peut les faire gonfler le plus vite et efficacement possible afin de fournir leur chair sous forme d'un produit dispendieux au supermarché.

On en oublie...Presque...

O


2 commentaires:

Katerine (Energizer) a dit…

Citation de la lettre de Paul aux Romains, Chapitre 8:

" 18 J'estime d'ailleurs qu'il n'y a aucune commune mesure entre les souffrances de la vie présente et la gloire qui va se révéler en nous[h]. 19 C'est en effet cette révélation des fils de Dieu que la création attend avec un ardent désir. 20 Car la création a été soumise au pouvoir de la fragilité[i]; cela ne s'est pas produit de son gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise. Il lui a toutefois donné une espérance:21 c'est que la création elle-même sera délivrée de la puissance de corruption qui l'asservit pour accéder à la liberté que les enfants de Dieu connaîtront dans la gloire. 22 Nous le savons bien, en effet: jusqu'à présent la création tout entière est unie dans un profond gémissement et dans les douleurs d'un enfantement. 23 Elle n'est pas seule à gémir; car nous aussi, qui avons reçu l'Esprit comme avant-goût de la gloire, nous gémissons du fond du coeur, en attendant d'être pleinement établis dans notre condition de fils adoptifs de Dieu quand notre corps sera délivré[j]. 24 Car nous sommes *sauvés, mais c'est en espérance; or, voir ce que l'on espère, ce n'est plus espérer; qui, en effet, continue à espérer ce qu'il voit?25 Mais si nous ne voyons pas ce que nous espérons, nous l'attendons avec persévérance."
-----------------

Nous vivons dans une terre déchue et beaucoup des souffrances dans notre monde sont dues à ses habitants humains. J'ose espérer qu'à mesure que les hommes deviendont réellement "enfants de Dieu", en le démontrant par leurs actions, que notre monde commencera à changer pour le mieux.

Katerine

L'équipe du Journal JOSE a dit…

Bonjour Katerine,
nous sommes d'accord avec toi quand tu dis que le monde change pour le mieux quand on "agit". Il ne faut pas faire perdurer ce mythe selon lequel l'humain doit endurer, souffrir de privation, pour ensuite apprécier les bons moments. Il faut recevoir ce dont on a besoin pour garder espoir et agir.
Toutes nos expériences de vie, nos observations, nos recherches, nous démontrent que l'humain ne continue de garder espoir que si ses besoins sont comblés dès qu'ils se présentent. S'ils l'ont toujours été, l'humain est beaucoup plus fort, plus persévérant dans l'action car il sait qu'elle porte fruit. Dans le cas contraire, le désespoir s'installe... et la résignation n'est pas loin derrière. C'est le principe de la nature, de la nature humaine également. On peut le constater dès la naissance (ou avant): le petit humain qui ne reçoit pas ce qu'il est en droit de recevoir (soins, lait maternel, portage, amour inconditionnel...) et qui doit pleurer pour attirer l'attention sur ses besoins non-comblés, et que parfois même ses pleurs n'apportent pas la satisfaction essentielle à sa vie, alors il perd espoir en cette famille humaine qui devait l'accueillir. C'est là qu'en sont la majorité des gens dans ce genre de culture qu'est la nôtre, trop déconnectée de la nature humaine.
Sur ce blog, nous choisissons de publier des faits plutôt que des croyances, dans le but d'inspirer des actions plutôt qu'une attente résignée d'un "possible mieux, plus tard, peut-être...".

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus.
(Note: tout commentaire irrespectueux sera supprimé.)